Arioviste, roi des Germains et allié de Rome

portrait-arioviste
Ami des Séquanes

Arioviste s’introduit dans l’histoire de la Gaule par la grande porte : il incarne l’envahisseur, il fait peser une menace constante sur deux peuples du nord-est de la Gaule, les Eduens et les Séquanes, dès 71 avant J.-C, et ce, pendant plus d’une décennie.

En 71 avant J.-C., en effet, ce roi germain, capable de rassembler sous son commandement diverses tribus germaniques habitant le long du Rhin, est appelé par les Séquanes pour les seconder dans le conflit qui les opposait aux Eduens.

La bataille de Magetobriga

Les Germains d’Arioviste écrasèrent vers -61, -60 ou bien -59, la coalition gauloise conduite par les Eduens à Magetobriga (en actuelle Côte d’Or). Cette victoire, retentissante, vit Arioviste être honoré des titres d’ « ami de Rome », et d’ « allié de Rome ».

L’histoire ne dit pas les intentions romaines véritables à l’endroit de la personne d’Arioviste. Toujours est-il que le chef germain, capable de rassembler des fantassins et cavaliers harudes, marcomans, suèves, sédusiens, triboques, vangions et némètes, représentait une menace pour Rome. Il faut voir ces titres d’allié et d’ami de Rome, comme un moyen de temporiser.

Pillage du territoire séquane

Arioviste put installer durablement ses troupes sur la rive gauche du Rhin, se livrant à du pillage du territoire séquane notamment, et faisait planer sur toute la Gaule une menace d’invasion.

Jules César s’oppose à Arioviste

Les Eduens demandent en -58, sous l’égide du druide Diviciacos, vergobret (chef politique), l’aide militaire de Jules César.

Jules César fut conduit avec ses légions jusque la plaine d’Alsace, par Diviciacos, et écrasa l’armée d’Arioviste, lequel s’échappât en traversant le Rhin.

Gravement touché, Arioviste disparaîtra de l’histoire, terriblement affaibli : sa mort est relaté par César dans le Bellum Gallicum, à propos des événements de -54.

A noter que les deux épouses d’Arioviste furent tuées lors du choc entre Romains et Germains, ainsi que l’une de ses filles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *