Archives pour la catégorie Artisanat

Qui étaient les Arvernes ?

Peuple du centre de la Gaule, dont le nom a donné son nom à l’Auvergne, le peuple des Arvernes auraient exercé un leadership sur les autres peuples de Gaule, selon l’auteur Strabon (Géographie, IV, 2, 3) :

Leur territoire s’étendait à l’origine jusqu’à Narbonne et aux frontières de la Massaliotide et les peuples leur étaient soumis jusqu’au mont Pyréné, jusqu’à l’océan et jusqu’au Rhin

Strabon, Géographie, IV, 2, 3.

Une vue de la ville Clermont-Ferrand depuis le plateau de Gergovie
Une vue de la ville Clermont-Ferrand depuis le plateau de Gergovie

Si hégémonie arverne il y eut, elle a pu avoir des liens avec un certain enrichissement permis par le trafic de l’étain atlantique. Il est vrai que certaines monnaies arvernes cherchait à imiter le statère macédonien de Philippe II. Mais les historiens condamnent cette réalité projetée par Strabon dans son livre Géographie.

Continuer la lecture de Qui étaient les Arvernes ?

Les monnaies à la légende VERCINGETORIX

monnaie-gauloise-vercingetorixLa plupart des monnaies gauloises contemporaines de la fin de la Guerre des Gaules, retrouvées avec la légende « Vercingétorix », sont des statères d’or, représentant, sur une face, la tête nue de Vercingétorix, tournée vers la gauche ; un homme jeune aux traits réguliers, à la chevelure bouclée avec, parfois une ou deux mèches tombant sur la nuque. La légende, très précisément, est tantôt VERCINGETORIXS, tantôt VERCINGETORIXIS.

Un cheval au revers

Concernant l’autre face de ces mêmes monnaies, on retrouve deux « types » : soit un cheval tourné vers la droite, soit un cheval tourné vers la gauche. A chaque fois, au-dessous de l’animal, entre ses jambes, on repère une amphore ; et au-dessus de l’animal il y a soit un croissant, soit une esse (un motif celtique très connu).

D’autres monnaies : Vercingétorix casqué

Mais des monnaies représentant Vercingétorix casqué ont aussi été retrouvées par l’archéologie. Elle représentent le chef gaulois avec un casque, un couvre-nuque et un collier autour du cou.

Du travail de frappe bâclé !

Toutes ces pièces, quelles qu’elles soient, semblent avoir été frappées à la hâte, tant leur esthétique paraît bâclée :

– des images mutilées ou tronquées,

– des images mal centrées, n’offrant qu’une partie de la légende ou des motifs,

– de nombreuses imperfections techniques comme des éclats sur les marges ou des tranches irrégulières.