Le vergobret dans la société gauloise : chef politique

Magistrature suprême, la charge de vergobret, était limitée à un an. Le vergobret avait droit de vie et de mort sur ses administrés, mais son pouvoir exécutif s’appliquait uniquement aux affaires courantes, et toute décision importante appartenait au conseil de notables recrutés dans les grandes familles aristocratiques.

Un pouvoir aux limites certaines…

Les affaires d’une extrême gravité, comme par exemple une entrée en guerre, devait toujours être présentées au vote de l’assemblée armée de tous les hommes adultes. Un vergobret ne pouvait donc décider véritablement seul. Outre la faible durée de sa charge et la faible ampleur de ses prérogatives, le vergobret doit aussi composer avec les druides, qui sont les seuls à être légitimes pour juger les affaires religieuses et politiques. Le druide, au sein de sa cité, tranchait en effet les conflits, ses décisions étaient souveraines.

Le rôle du vergobret, en cas de guerre

Par ailleurs, un vergobret pouvait certes se voir remis la charge de mener des troupes au combat, en tant que chef, mais bien souvent, il fallait trouver des « généraux » plus compétents, parmi les equites (chevaliers).

Quelques vergobrets célèbres : Dumnorix, Diviciacos, tous deux frères (peuple des Eduens), ils s’étaient partagés, au fil des ans, durant la décennie 60 avant J.-C., la charge de vergobret.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *