Les Gaulois inventent la cotte de maille

cotte-de-maille-gauloise

Les Gaulois maîtrisaient la technique compliquée d’extraction du fer. Et comment ! Les Romains considéraient les Gaulois comme les meilleurs métallurgistes du continent, et connaissaient la réputation des armes gaulois : les plus solides de toutes !

Des fibules, haches, épées…

Avec le fer, les forgerons fabriquaient des clous, fibules, couteaux, ciseaux, haches, casques, épées et poignards. Mais les Gaulois innovèrent encore… Les premiers forgerons qui parvinrent, en effet, à fabriquer des cottes de maille étaient gaulois.

Les cavaliers d’abord

L’invention de la cotte de maille date du IIIe siècle av. J.-C.. Elle était destinée à équiper, dans un premier temps, les cavaliers.

La technique gauloise

Un système à manivelle reliée à un gabarit permettait de réaliser des « ressorts ». A l’aide d’un petit ciseau à métal, le forgeron découpait chacun des anneaux avant de les assembler.

Plusieurs forgerons pour fabriquer une même cotte de maille

La fabrication d’une cotte de mailles était le fuit d’un travail d’équipe. Pendant que le fil était fabriqué, un groupe de forgerons réalisait les ressorts et découpait les anneaux et une troisième était chargée du montage.

Le mode d’assemblage était assez simple. Un anneau central reliait 4 anneaux périphériques. Des variantes se présentaient avec 6 anneaux en 1 et d’autres avec les anneaux rivetés.

Une ecchymose tout au plus

De cette manière, un coup d’épée porté se répartit sur une surface suffisante pour n’occasionner qu’une ecchymose. Elle permet à son porteur des mouvements souples.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *