Archives pour l'étiquette arvernes

Qui étaient les Arvernes ?

Peuple du centre de la Gaule, dont le nom a donné son nom à l’Auvergne, le peuple des Arvernes auraient exercé un leadership sur les autres peuples de Gaule, selon l’auteur Strabon (Géographie, IV, 2, 3) :

Leur territoire s’étendait à l’origine jusqu’à Narbonne et aux frontières de la Massaliotide et les peuples leur étaient soumis jusqu’au mont Pyréné, jusqu’à l’océan et jusqu’au Rhin

Strabon, Géographie, IV, 2, 3.

Une vue de la ville Clermont-Ferrand depuis le plateau de Gergovie
Une vue de la ville Clermont-Ferrand depuis le plateau de Gergovie

Si hégémonie arverne il y eut, elle a pu avoir des liens avec un certain enrichissement permis par le trafic de l’étain atlantique. Il est vrai que certaines monnaies arvernes cherchait à imiter le statère macédonien de Philippe II. Mais les historiens condamnent cette réalité projetée par Strabon dans son livre Géographie.

Continuer la lecture de Qui étaient les Arvernes ?

Vercingétorix, vu par Strabon

StrabonDans le livre IV de sa Géographie, Strabon (Ier siècle av J.-C./Ier siècle apr. J.-C.) décrit la Gaule, la Bretagne et les Alpes. Il y consacre une notice aux Arvernes. En voici un extrait :

La puissance qui était auparavant celle des Arvernoi est amplement attestée par le fait qu’ils ont souvent réuni pour faire la guerre aux Romains tantôt 200 000 hommes mais plus d’une fois le double ! En effet, c’est avec de telles forces (400 000) qu’ils ont affronté le divin César avec Vercingétorix, et précédemment ils avaient été 200 000 contre Maximus Aemilianus et le même nombre contre Domitius Ahenobarbus. Or donc, contre César, c’est autour de Gergovia que se déroulèrent les combats (c’était la patrie de Vercingétorix), ainsi qu’autour d’Alésia, une ville des Mandubioi (peuple limitrophe des Arvernoi) elle aussi située sur une hauteur escarpée, entourée de montagnes et par deux fleuves -c’est également là que le commandant en chef [Vecingétorix] fut capturé et que, du coup, la guerre prit fin.

Strabon, Géographie, livre IV, 2, 3.

Bituitos, le dernier roi arverne

Le territoire arverne, le plus puissant de Gaule à l'époque de Bituitos, est entouré en rouge sur cette carte
Le territoire arverne, le plus puissant de Gaule à l’époque de Bituitos, est entouré en rouge sur cette carte
La défaite de 121 avant notre ère

Roi des Arvernes après son père Luern. Sa défaite par les Romains, en 121 avant-J.-C., dans une bataille sur le Rhône, peut-être près du village actuel de Mauves, mit fin à l’hégémonie que son peuple aurait exercée sur l’ensemble de la Gaule et permit la création de la Transalpine, province romaine. Continuer la lecture de Bituitos, le dernier roi arverne