Archives pour l'étiquette atlantique

Quand Jules César inventa la Gaule

carte-des-gaulesLe terme « Gaule » a été totalement inventé par Jules César. La cinquantaine de peuples et tribus gauloises qui s’abritaient dans le territoire de l’actuelle France, ne se reconnaissant pas en une unité politique autre que celle des sages (les druides, qui eux, se réunissaient effectivement chaque année en conseil des peuples).

Voici comment Jules César inventa la « Gaule » :

Toute la Gaule est divisée en trois parties, dont l’une est habitée par les Belges, l’autre par les Aquitains, la troisième par ceux qui, dans leur langue, se nomment Celtes, et dans la nôtre, Gaulois. Ces nations diffèrent entre elles par le langage, les institutions et les lois. Les Gaulois sont séparés des Aquitains par la Garonne, des Belges par la Marne et la Seine. Les Belges sont les plus braves de tous ces peuples, parce qu’ils restent tout à fait étrangers à la politesse et à la civilisation de la province romaine, et que les marchands, allant rarement chez eux, ne leur portent point ce qui contribue à énerver le courage : d’ailleurs, voisins des Germains qui habitent au-delà du Rhin, ils sont continuellement en guerre avec eux. Par la même raison, les Helvètes surpassent aussi en valeur les autres Gaulois ; car ils engagent contre les Germains des luttes presque journalières, soit qu’ils les repoussent de leur propre territoire, soit qu’ils envahissent celui de leurs ennemis. Le pays habité, comme nous l’avons dit, par les Gaulois, commence au Rhône, et est borné par la Garonne, l’Océan et les frontières des Belges ; du côté des Séquanes et des Helvètes, il va jusqu’au Rhin ; il est situé au nord. Celui des Belges commence à l’extrême frontière de la Gaule, et est borné par la partie inférieure du Rhin ; il regarde le nord et l’orient. L’Aquitaine s’étend de la Garonne aux Pyrénées, et à cette partie de l’Océan qui baigne les côtes d’Hispanie ; elle est entre le couchant et le nord.

Jules César, Guerre des Gaules, I, 1.

Lyon, centre névralgique du réseau routier romain dès le Ier siècle avant J.-C.

Un exemple de voie romaine
Un exemple de voie romaine

Agrippa a choisi Lugdunum pour en faire le point de départ des grands chemins de la Gaule, lesquels sont au nombre de quatre et aboutissent, le premier, chez les Santons et en Aquitaine, le second au Rhin, le troisième à l’Océan et le quatrième dans la Narbonnaise et à la côte massaliotique

Strabon, Géographie, livre IV, VI, 11

A la fin du Ier siècle avant J.-C.

A la fin du Ier siècle avant J.-C., vers les années 30, ou les années 20 selon les historiens, Rome commence à mettre en place un réseau routier de très grande qualité : la voie Agrippa. Les Romains reprennent alors d’antiques et protohistoriques routes commerciales.

Continuer la lecture de Lyon, centre névralgique du réseau routier romain dès le Ier siècle avant J.-C.