Archives pour l'étiquette dumnorix

Tout sur le complot des Helvètes, Séquanes et Eduens de 58 avant J.-C.

Le chef helvète Orgétorix, selon une représentation fantasmée
Le chef helvète Orgétorix, selon une représentation fantasmée

Parmi les rares Helvètes d’avant l’ère chrétienne dont le nom nous soit connu, deux seuls ont eu un rôle historique : Divico, le chef de l’armée des Helvètes lors de la victoire sur les Romains en 107 et leur porte-parole avant la défaite de Bibracte en 58 (Bellum Gallicum I, 13-14) ; et Orgétorix. Sur Orgétorix, chef du peuple helvète lors de la grande migration historique, en 58 avant J.-C., le témoignage principal est celui de César, qui nous relate, au début de la Guerre des Gaules (I, 2-4 ; 26, 4), son complot, son procès et sa mort en prison.

Continuer la lecture de Tout sur le complot des Helvètes, Séquanes et Eduens de 58 avant J.-C.

Dumnorix l’Eduen : avide de pouvoir

De nombreuses monnaies éduennes, d'argent, ont été retrouvées par l'archéologie dans le "pays" du Mont-Beuvray, elles comportaient pour certaines la mention "DUMNORIX"
De nombreuses monnaies éduennes, d’argent, ont été retrouvées par l’archéologie dans le « pays » du Mont-Beuvray, elles comportaient pour certaines la mention « DUMNORIX »

Dumnorix était un notable éduen, frère de Diviciacos, gendre du chef helvète Orgétorix. Avide de pouvoir, Dumnorix était en concurrence permanente avec son frère pour l’octroi chaque année du titre de vergobret des Eduens (chef politique).

Il crée un vaste réseau d’alliances

Dumnorix aurait cherché à établir un vaste réseau d’alliances : il avait marié sa mère à un notable des Bituriges (pays de Bourges) ; sa soeur à un personnage important d’une autre cité de Gaule.

Il avait assumé, peu avant 58 avant J.-C., la magistrature suprême de vergobret, et avait, à cette date, déjà obtenu pour plusieurs années consécutives la ferme des douanes et des impôts prélevés chez les Eduens.

Continuer la lecture de Dumnorix l’Eduen : avide de pouvoir

Le vergobret dans la société gauloise : chef politique

Magistrature suprême, la charge de vergobret, était limitée à un an. Le vergobret avait droit de vie et de mort sur ses administrés, mais son pouvoir exécutif s’appliquait uniquement aux affaires courantes, et toute décision importante appartenait au conseil de notables recrutés dans les grandes familles aristocratiques.

Un pouvoir aux limites certaines…

Les affaires d’une extrême gravité, comme par exemple une entrée en guerre, devait toujours être présentées au vote de l’assemblée armée de tous les hommes adultes. Un vergobret ne pouvait donc décider véritablement seul. Outre la faible durée de sa charge et la faible ampleur de ses prérogatives, le vergobret doit aussi composer avec les druides, qui sont les seuls à être légitimes pour juger les affaires religieuses et politiques. Le druide, au sein de sa cité, tranchait en effet les conflits, ses décisions étaient souveraines.

Le rôle du vergobret, en cas de guerre

Par ailleurs, un vergobret pouvait certes se voir remis la charge de mener des troupes au combat, en tant que chef, mais bien souvent, il fallait trouver des « généraux » plus compétents, parmi les equites (chevaliers).

Quelques vergobrets célèbres : Dumnorix, Diviciacos, tous deux frères (peuple des Eduens), ils s’étaient partagés, au fil des ans, durant la décennie 60 avant J.-C., la charge de vergobret.