Archives pour l'étiquette légions romaines

Jules César provoque le déclenchement de la Guerre des Gaules en Belgique

Gaule-BelgiqueAprès avoir détruit l’armée helvète et l’armée d’Arioviste, en vain, Jules César n’obtenait toujours pas le prétexte idéal pour déclencher sa vaste campagne de soumission de la Gaule : un trophée qui pourtant, lui garantirait les honneurs suprêmes à Rome. Alors Jules César va provoquer la Guerre des Gaules.

Provocation en Belgique

A la fin de la saison de guerre correspondant à l’année 58, César, installe ses légions en quartiers d’hiver no pas en Italie du Nord, comme il aurait été normal, mais à la frontière des peuples belges, frontière qui s’établissait alors sur une ligne est-ouest, plus méridionale que celle qui nous sépare actuellement de nos voisins de ce nom, et qui correspondait à peu près au cours de la Seine et de la Marne.

Les Belges d’abord, les Gaulois suivront

Les Belges virent dans ce choix l’annonce d’une guerre pour l’année suivante, donc pour 57, et ils firent leurs préparatifs, ce qui fut pris par César pour l’annonce du grand conflit qu’il appelait de ses voeux.

Vercingétorix évitait les batailles rangées du fait des limites de son infanterie lourde

Pendant la Guerre des Gaules, les troupes d’infanterie lourde ont eu du mal à tenir le choc face aux légions romaines ou la cavalerie germaine. Vercingétorix évita donc au maximum le combat frontal, et privilégia le harcèlement par sa cavalerie et par l’infanterie légère.

Tout sur l’infanterie lourde gauloise

L’infanterie lourde était formée par les lanciers, des guerriers professionnels pour la plupart, ou bien des artisans. Ces fantassins d’élite portaient la lance, le bouclier et la longue épée. Ils portaient pour certains un casque et une cotte de mailles. Cette infanterie lourde était utilisée pour donner l’assaut, enfoncer les lignes adverses ou au contraire résister à un assaut.

Une Gaule totalement défaite à Alésia ? Non

jules-cesar

La victoire de César à Alésia ne signifiait pas la fin de la conquête et César demeura en Gaule pendant l’hiver de 52-51, qui fut encore difficile pour les forces romaines. Le proconsul César dut une nouvelle fois marcher contre les Bituriges, les Carnutes, puis contre les Bellovaques qui avaient reçu l’appui d’autres peuples et avaient fait appel à des auxiliaires germains. Continuer la lecture de Une Gaule totalement défaite à Alésia ? Non