Archives pour l'étiquette reddition

La reddition de Vercingétorix vue par Dion Cassius

Dion Cassius est un personnage considérable qui exerça les plus hautes charges tout en composant une oeuvre historique parmi les plus érudites qui nous soient parvenues de l’Antiquité. Ce personnage est tout de suite moins considérable lorsqu’il relate la reddition de Vercingétorix, en 52 avant J.-C. Dion Cassius propose en effet une version peu crédible.

Extrait :

Vercingétorix aurait pu s’échapper, car il n’avait pas été capturé et restait sans blessure, mais espérant (car il avait été autrefois en amitié avec César) pouvoir obtenir son pardon, il alla le trouver sans s’être fait annoncer : il apparut brusquement devant César qui siégeait sur une tribune, jetant le trouble chez certains des assistants. En effet, il était, autre autre, très haut de taille et avait l’air terrible sous les armes. Lorsque le calme fut revenu, il ne dit pas un mot, mais tomba à genoux et, les mains jointes, il supplia. Voilà qui frappa de pitié tous les assistants, qui se souvenaient de sa fortune ancienne et le voyaient aujourd’hui en une condition aussi émouvante. Mais César fit le contraire : il lui reprocha précisément ce sur quoi il comptait le plus pour son salut, et, en opposant sa rébellion à son amitié, il fit paraître sa trahison plus insupportable encore. Donc, à cet instant même, il ne le prit nullement en pitié, le faisant aussitôt mettre aux fers. Quant à la suite : après l’avoir produit à son triomphe, il le fit mettre à mort.

Dion Cassius, Histoire Romaine, 40,41

La reddition de Vercingétorix vue par le peintre Lionel Royer, entre le romanesque et l’erreur historique

Lionel Royer réalisa en 1899, un tableau devenu célèbre, représentant la reddition, à Alésia, de Vercingétorix. Cependant, ce tableau fantasme complètement la réalité historique, en se basant sur les deux seules sources écrites antiques ayant décrit cette reddition de l’année 52 avant J.-C. Premier élément qui pose question : Alésia paraît en flammes dans le fond du tableau (cela n’a jamais été mentionné par aucune source latine, encore moins par César). La suite est plus surprenante encore…

Analyse en images…

lionel-royer-1
Qui est le véritable héros dans ce tableau ? Les regards désignent Vercingétorix !

Continuer la lecture de La reddition de Vercingétorix vue par le peintre Lionel Royer, entre le romanesque et l’erreur historique

Le mythe de Vercingétorix aux XIX et XX ème siècles et sa récupération politique

Vercingétorix jette ses armes aux pieds de César. Huile sur toile (321cm / 482cm) de Lionel Royer, 1899, Musée Crozatier, Le Puy en Velay.
Vercingétorix jette ses armes aux pieds de César.
Huile sur toile (321cm / 482cm) de Lionel Royer, 1899, Musée Crozatier, Le Puy en Velay.

Les Gaulois ont servi dès le XIX ème siècle à exalter la France. Napoléon III, passionné par les Gaulois, fit placer sur le site d’Alésia une immense statue d’un Vercingétorix moustachu et il inaugura deux ans plus tard le musée des Antiquités. Parallèlement, tableaux, sculptures, poèmes, opéras, s’inspiraient déjà du héros gaulois, avec quelques libertés artistiques.

Vercingétorix en 1870

En 1870, la capitulation de Sedan face aux Prusses, le siège de Metz, furent vécus par certains auteurs comme la réédition de la défaite d’Alésia : Vercingétorix incarnait dorénavant l’unité nationale, celui qui s’était sacrifié pour sa patrie, tandis que Jules César était réincarné en Bismarck.

Continuer la lecture de Le mythe de Vercingétorix aux XIX et XX ème siècles et sa récupération politique