Vercingétorix, vu par Strabon

StrabonDans le livre IV de sa Géographie, Strabon (Ier siècle av J.-C./Ier siècle apr. J.-C.) décrit la Gaule, la Bretagne et les Alpes. Il y consacre une notice aux Arvernes. En voici un extrait :

La puissance qui était auparavant celle des Arvernoi est amplement attestée par le fait qu’ils ont souvent réuni pour faire la guerre aux Romains tantôt 200 000 hommes mais plus d’une fois le double ! En effet, c’est avec de telles forces (400 000) qu’ils ont affronté le divin César avec Vercingétorix, et précédemment ils avaient été 200 000 contre Maximus Aemilianus et le même nombre contre Domitius Ahenobarbus. Or donc, contre César, c’est autour de Gergovia que se déroulèrent les combats (c’était la patrie de Vercingétorix), ainsi qu’autour d’Alésia, une ville des Mandubioi (peuple limitrophe des Arvernoi) elle aussi située sur une hauteur escarpée, entourée de montagnes et par deux fleuves -c’est également là que le commandant en chef [Vecingétorix] fut capturé et que, du coup, la guerre prit fin.

Strabon, Géographie, livre IV, 2, 3.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *